Ma crise des 25 ans ou plutôt, crise existentielle.

  A 25 ans on est jeunes, insouciants, frivoles. On croque la vie à pleine dents. Rien n’a d’importance. En théorie, c’est le cas. Moi à 25 ans, et même bien avant, j’étais en pleine crise existentielle. Vers 23 ans, à l’entrée du monde du travail, je me suis pris de plein fouet la réalité de la …